Riche et misérable

Riche et misérable

J’ai pu lire un article très intéressant ce matin (en anglais)…

Cet article parle d’un homme qui, en apparence, semble avoir réussi.

Il gagne 1,2 millions de dollars par an.

Mais pourtant, cette personne n’est pas heureuse.

Il lui manque quelque chose.

Comment devenir riche sans perdre de vue l’essentiel ?

 

Riche pourquoi ?

Si vous êtes sur ce blog, c’est que l’investissement vous intéresse.

Et quand on investit son argent, c’est qu’on a l’ambition d’en gagner un peu plus d’ici quelques années.

Mais pour quelle raison fait-on cela ?

Est-ce pour financer un voyage ? Prévoir les études des enfants ? Avoir une retraite anticipée ? Remplacer son salaire ?

La réponse doit être claire avant même de commencer à investir.

Je le fais personnellement pour être libre de mon temps.

Etre libre de choisir quand, comment et avec qui je passe mon temps.

Etre libre de passer du temps sur les projets qui me tiennent à coeur.

Pour ça, l’investissement est la meilleure des solutions.

La question du pourquoi doit être la première chose à mettre en avant…

Que ce soit dans nos investissements ou dans notre activité professionnelle.

C’est cette question qui nous aide à garder le cap.

 

Faire quelque chose que l’on aime

Lorsqu’on a en tête la direction vers laquelle on souhaite se diriger, il faut s’occuper maintenant du chemin que l’on va prendre.

La plupart des personnes qui réussissent insistent sur un point : si le processus ne vous passionne pas autant que le résultat, vous foncez vers un mur.

Il y a des personnes qui aiment l’idée d’être un grand musicien, mais qui au bout de 15 minutes sur leur instrument, laisse tomber.

Il y en a d’autres qui aiment l’idée d’être riche, mais quand il faut commencer à apprendre à investir, se disent que ce n’est pas pour eux.

D’autres encore qui aimeraient écrire un livre, mais qui ne prennent jamais quelques minutes pour écrire quelque chose.

Je me suis  rendu compte si je n’apprécie pas le chemin que je prends autant que j’apprécie sa destination, je n’arriverai jamais à bon port.

Il y a une bonne question à se poser généralement pour savoir si on est sur la bonne voie : Est-ce que je ferais ce que je fais, même si je n’étais pas payé pour ça ?

Si la réponse est ‘Oui’, c’est que le processus est aussi important que le résultat.

On est donc sur la bonne voie.

 

La prison du train de vie

On se crée parfois notre propre prison.

Dans l’article mentionné plus haut, qu’est-ce qui empêcherait cette homme qui touche 1,2 millions de dollars par an de faire autre chose ?

S’il a un tel salaire, il ne devrait avoir aucun soucis matériel.

Il devrait être également tout à fait capable de démarrer quelque chose qui le passionne davantage.

Ce qui l’en empêche, c’est son train de vie.

Il s’est crée un train de vie qu’il n’arrive plus à quitter.

On a tendance dans nos sociétés à ajuster notre train de vie à notre salaire.

Notre salaire augmente de 200 € ?

Ce sont 200 € que l’on dépensera en plus tous les mois.

Celui qui arrive à garder le même train de vie quelque soit son salaire sera celui qui deviendra réellement riche.

Warren Buffett a toujours gardé un style de vie très simple, toute sa vie.

Augmenter son train de vie, c’est augmenter la hauteur des barreaux de sa prison.

 

S’accomplir dans tout ce que l’on fait

Au final, c’est ce sentiment d’accomplissement que l’on doit rechercher.

Ce sentiment que ce que l’on fait sert vraiment à quelque chose.

Quand on apporte de la valeur à quelqu’un, notre ‘travail’ a alors un sens, un but.

Je dois avouer que l’investissement en Bourse peut paraître abstrait à ce niveau…

Quelle valeur apporte-t-on réellement quand on investit ?

Est-ce que ce ne sont pas juste des chiffres sur un écran ?

Est-ce j’apporte quelque chose à la société en investissant ?

La réponse à la dernière question est bien sûr un grand ‘OUI’.

Mais on en reparlera dans un prochain article.

Tout est en fait une question de point de vue.

 

Partager l'article :
  •  
  • 2
  •  

2 Replies to “Riche et misérable”

  1. Je me vois bien là-dedans (avec pas mal de zéro en moins sur la paye quand même 😉 ). Pendant longtemps j’ai gagné à peine plus que le SMIC. En changeant d’entreprise j’ai gagné environ 500€ de plus par mois (en moyenne, j’étais intérimaire).

    On aurait pu dire qu’avec 500€ de plus j’aurais pu me faire une épargne de précaution digne de ce nom (sans même parler d’investir). Eh bien non.
    Toujours un imprévu, une urgence… Au final en regardant dans le rétro je me rend compte que la plupart des urgences n’en étaient pas réellement. Qu’on a tout simplement eu le réflexe CB trop rapide…

    Comme dit Werber (un auteur que j’adore), quand on plonge, parfois il est nécessaire de toucher le fond de la piscine pour avoir l’énergie et l’envie de remonter.

    C’est lorsqu’on m’a retiré l’usage de ma Carte Bancaire pour cause de découvert autorisé explosé que je me suis dit “plus jamais ça !”. Depuis je met tout en œuvre pour me faire cette satanée épargne de précaution.
    Et maintenant je vois plus loin. Je ne pense pas que je pourrais prendre ma retraite vraiment plus tôt (j’ai commencé à épargner trop tard, j’ai 37 ans), mais si je pouvais l’arrondir ça serait vraiment une bonne nouvelle (quitte à ce qu’on déménage dans un pays moins chers dans le futur).

    Par contre je veux tout faire pour que mes enfants possèdent les bases qui sont je pense indispensables en finances (leur parler surtout de la magie des intérêts composés, des actifs et des passifs). Des bases que je n’ai pas eu personnellement.
    Après ils en feront ce qu’ils voudront, peut être qu’ils pourront prendre leur retraite à 30 ans, peut être qu’ils prendront crédit sur crédit. Mais au moins je pourrais me dire que j’ai fait ce qu’il fallait en leur donnant une solution à l’un des plus gros problème de notre monde : travailler parce qu’on a pas le choix.

    1. Ton histoire est super inspirante. Je ne pense pas que tu commences trop tard. Le plus important est d’avoir le bon état d’esprit. Beaucoup ont commencé bien plus tard et sont indépendants financièrement aujourd’hui. J’ai l’impression que l’état d’esprit, tu l’as déjà. Et ce genre d’épreuves par lesquelles tu es passé ne font que le renforcer. Warren Buffett a une bonne citation par rapport à l’épargne : “N’économisez pas ce qui vous reste après vos dépenses, économisez d’abord et dépensez ce qui vous reste.” C’est tout bête dit comme ça, mais en réalité cela fait toute la différence. Je n’ai jamais été trop dépensier mais j’ai réellement commencé à bien gérer mon épargne il n’y a que quelques mois. Tu as raison de commencer par ça, je pense que c’est la base avant tout investissement. Merci pour ton commentaire David !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

12 citations de WARREN BUFFETT pour MIEUX INVESTIR