La bourse, est-ce vraiment risqué ?

La bourse, est-ce vraiment risqué ?

Les français n’aiment pas la bourse.

Il suffit de regarder ce qu’ils en disent pour comprendre pourquoi :

– C’est trop risqué.

– C’est une arnaque !

– Je n’ai pas envie de perdre mon argent.

La bourse est donc assimilée à une sorte de grand casino un peu incompréhensible.

Et pourtant, c’est le meilleur placement qui existe à long terme.

 

Une réputation justifiée ?

Depuis la crise de 2008, le nombre d’investisseurs en bourse a diminué de moitié en France.

Ce sont ces évènements qui refroidissent les investisseurs.

Ces moments où on voit que l’argent que l’on a investi a perdu la moitié de sa valeur…

Ou ces moments où l’on ne comprend pas ce qu’il se passe, pourquoi il y a une chute des prix des actions.

À la fin, on se dit que tout ça, c’est peut-être un casino et qu’il serait préférable de ne pas y mettre les pieds.

Cela se comprend.

Et c’est ce que j’ai cru également pendant plusieurs années.

Je pensais que la bourse était une machine incompréhensible, faite pour des professionnels ayant fait des études en finances et qui ne cherchaient au final que le gain.

Je me suis alors détourné de cet univers pendant longtemps.

Jusqu’au moment où j’ai vu la bourse autrement.

Ce moment où je découvre que depuis que la bourse existe, elle crée de la richesse pour ceux qui y participent sur de longues périodes.

Lorsqu’on prend de la hauteur et qu’on regarde les résultats sur le long terme, on s’aperçoit que c’est le meilleur moyen d’investir son argent.

Alors, bien sûr, il y aura des moments difficiles…

Mais ces moments difficiles ne doivent pas effacer les périodes où la bourse crée de la richesse pour chacun.

 

La femme qui a surpris l’Amérique

L’histoire de Grace Groner est fascinante et permet de comprendre plus facilement la puissance de la bourse sur le long terme.

Grace Gorner est une femme qui est décédée en 2010 à l’âge de 100 ans.

Elle vivait à Lake Forest, aux Etats-Unis.

Sa vie était celle d’une secrétaire qui menait une vie simple.

Elle passait son temps à marcher depuis le jour où elle s’était faite voler sa voiture.

Vivre simplement c’est ce qu’elle a fait durant toute sa vie.

Elle n’avait ni mari, ni enfants mais avait beaucoup d’amis.

C’est lorsqu’elle a eu 25 ans qu’elle a pris une décision qui allait la rendre célèbre 75 ans plus tard.

À 25 ans donc, elle se fait embaucher à Abbott, entreprise pour qui elle travaillera pendant 43 ans.

Mais surtout, elle décide d’acheter 3 actions d’Abbott.

3 actions et pas une de plus.

Cela lui coûtera 180 $.

Elle n’y touchera plus jamais.

Elle n’achètera pas davantage d’actions, ni ne vendra quoi que ce soit.

Les dividendes que ses actions versaient, étaient systématiquement réinvestis.

75 ans plus tard, elle détient 100 000 actions qui ont une valeur totale de 7 millions de dollars.

Et pourtant, Mme Groner a connu de nombreuses crises…

9 très exactement.

En comptant bien sûr la crise de 2008 et l’éclatement de la bulle Internet pendant les années 2000.

Comment est-ce possible ?

Comment se fait-il qu’une dame qui ne connait rien à la bourse termine sa vie en étant millionaire sans que personne ne le sache avant sa mort ?

La réponse n’a rien de bien sorcier : Grace Groner a investi pour le long terme.

Et en ayant cette vision de long terme, il est possible d’avoir des résultats extraordinaires en bourse.

Est-ce que cela veut dire qu’il ne faut acheter qu’une action et attendre qu’elle se valorise ?

Bien sûr que non, il y a des risques à ne posséder qu’une seule action.

Mme Groner a eu la chance de choisir la bonne société mais elle aurait pu aussi bien choisir une société qui aurait fait faillite 10 ou 20 ans après.

Elle aurait alors tout perdu.

Elle a donc eu de la chance sur ce coup là.

Est-ce que cela veut dire qu’il faut attendre la mort avant de pouvoir être riche ?

En effet, cela ne vous aura pas échapper, Grace Groner n’a jamais pu profiter de ses 7 millions de dollars.

Cet argent est allé à une institution qui lui tenait à coeur : le Lake Forest College.

Malgré tout, il est tout à fait possible d’investir et de profiter à un moment de ses investissements.

Mais la leçon à retenir de cette histoire est que sur le long terme, les risques de crises financières ont peu d’impact.

Le risque tout court a peu d’impact si on investit pour plusieurs années.

Il ne faut donc pas se demander si la bourse est risquée mais plutôt sur quel horizon de temps je suis prêt à investir.

 

Quel est le risque de ne PAS investir en bourse ?

Mais si on retournait la question dans l’autre sens ?

En moyenne, la bourse rapporte 10 % par an…

Si on sait un minimum ce que l’on fait et qu’on arrive à être patient.

Mais supposons que l’on n’a aucune patience et que la crainte du risque trotte toujours dans notre tête et nous bloque?

Y a-t-il un risque de ne pas investir ?

C’est ce que fait une grande partie des français.

Paradoxalement, même si nous faisons parti, nous les français, des investisseurs en bourse les plus frileux…

Nous sommes quand même parmi les plus gros épargnants.

14 % de ce que l’on gagne est épargné, 11 % en Europe.

Où se trouve cet argent ?

Sur un compte courant.

Aucun risque de le perdre ainsi.

Mais à le laisser dormir cet argent, on est en réalité en train de le perdre.

Comment ?

À cause de l’inflation.

L’inflation nous fait perdre chaque année 2 % de  pouvoir d’achat.

Cela veut dire que tous les ans, notre argent perd 2 % de sa valeur.

Et ce risque là, on ne le voit pas…

Parce qu’il est discret, léger et invisible lorsque l’on regarde notre compte en banque.

Si vous avez laissé 1000 € sur votre compte, l’année prochaine, vous retrouverez vos 1000 €…

Sauf que ces 1000 € vaudront moins que l’année précédente.

La notion est subtile et on pourra en reparler dans un prochain podcast…

Mais c’est de là que vient le risque.

Si on n’arrive pas à investir notre argent à au moins 2 % de rentabilité, on est en train de perdre de l’argent.

Oui, quand on investit dans un livret A, on est en train de perdre notre argent.

Les 0,75 % promis ne permettent pas de compenser l’inflation.

L’équation est alors simple : soit on investit, soit on perd de l’argent.

 

Et l’immobilier ?

L’immobilier peut être une bonne alternative.

Pour beaucoup, c’est plus simple et plus rentable que la bourse.

Un bien a l’avantage d’être concret : on sait et on voit ce que l’on achète.

Certains se disent que dans le pire des cas, un bien on peut y vivre…

Des actions, si cela nous rapporte pas, on ne peut rien en faire.

Tout n’est pas faux.

Mais il y a quand même quelques idées reçues dans ce que je viens de dire.

D’abord, une étude : celle de la London Business School et du Credit Suisse qui ont analysé plusieurs actifs sur la période 1900 à 2018.

Je vous mets le lien dans la description de ce podcast.

Cette étude nous montre que les actifs qui ont été les plus rentables sur cette période ont été les actions.

Alors bien sûr, il est facile de trouver des gens qui ont perdu beaucoup d’argent en bourse…

Ou des personnes qui ont très bien réussi dans l’immobilier.

Mais dire que l’immobilier est plus rentable que la bourse est tout simplement faux.

Ensuite, l’immobilier est-ce vraiment plus simple ?

J’ai déjà investi en immobilier et même si le processus en lui-même n’a rien de compliqué, il demande quand même une bonne dose d’énergie et de temps.

Acheter un bien immobilier requiert de faire des visites et de traiter avec de nombreux intermédiaires comme les agents immobiliers, les notaires, les vendeurs, les artisans, etc…

Une action, aujourd’hui, cela s’achète en quelques clics, depuis le confort de son canapé, chez soi.

Cela demandera quand même une recherche préalable et c’est sûrement là-dessus que beaucoup de monde s’arrête.

Mais à mon avis, cela dépend de chacun.

Je trouve pour ma part qu’investir en bourse est beaucoup plus simple et accessible que l’immobilier.

Je n’oublie pas quand même que l’immobilier a un avantage que la bourse n’a pas.

Il est possible d’investir l’argent de la banque en immobilier.

Et la banque peut parfois être généreuse si on sait s’y prendre.

C’est un effet de levier énorme.

En bourse, cela existe aussi mais il est très peu recommandé de l’utiliser, cela peut être beaucoup plus dangereux.

Investir en immobilier peut alors parfois donner l’impression de se créer de la richesse rapidement.

Mais ce n’est qu’une impression.

 

Investir ou ne pas investir ?

La  bourse est une machine.

Et comme toute machine, c’est ce qu’on en fait qui importe.

Si on n’y prend pas garde, on peut se blesser et perdre de l’argent.

Mais si on apprend à l’utiliser, au final, on en ressort gagnant.

Le risque ne vient pas tant de la bourse mais plutôt de l’investisseur.

Celui qui saura se former un minimum, être patient et garder la tête froide aura de bonnes chances d’éviter les risques de l’investissement.

Mais attention, dans l’histoire, il serait peut être plus risqué de ne rien faire que de passer à l’action…

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

12 citations de WARREN BUFFETT pour MIEUX INVESTIR