Catégorie : Mindset

Vivre richement sans être riche

Vivre richement sans être riche

Dans l’imaginaire collectif, être riche est un doux rêve qu’on ose à peine imaginer.

Si on allait dans la rue et qu’on demandait aux gens ce qu’être riche signifie pour eux, on aurait des réponses du genre :

“C’est être millionaire !”

Ou des “Voyager en 1ère classe à chaque vol.”

Et pour d’autres ce serait : “Me payer une Ferrari.”

Chacun a sa propre vision de la richesse.

Mais on se rend compte qu’il y a toujours l’idée de pouvoir se payer ce qu’on veut, quand on veut.

Si je vous demandais d’imaginer quelqu’un de riche, il y a des chances que vous pensiez à une star qui possède des millions.

Autrement dit, il s’agit d’un autre univers pour la grande majorité d’entre nous.

Mais si on changeait notre définition de la richesse et qu’on rendait cela beaucoup plus accessible ?

 

Briser le rêve

Si je vous dis “Pirate des Caraïbes”, ça vous dit quelque chose ?

Probablement.

Vous connaissez sûrement Mr Johnny Depp qui joue le célèbre Jack Sparrow.

Je pense que tout le monde serait d’accord pour dire que Mr Depp est quelqu’un de riche.

Il gagne près de 20 millions de dollars par film et possède pas loins de… 14 résidences.

Plusieurs à Los Angeles, un château dans le sud de la France, des îles aux Bahamas, etc…

Au cours de sa carrière, Johnny Depp aurait accumulé plus de 650 millions de dollars.

Oui mais voilà, une grande partie de cette fortune s’est évaporée.

Les poursuites judiciaires dont il a fait l’objet ont mis en lumière son train de vie extravagant.

Il y a par exemple plus de 30 000 dollars de vin par mois ou les 350 000 dollars d’entretien de son yacht, ça aussi tous les mois…

On a également l’ensemble des employés de Mr Depp qu’il faut payer, ça se chiffre à 3,6 millions de dollars par an.

Les 45 véhicules, voitures et motos, ont aussi un coût important, sans parler des voyages en jet privé…

Bref, malgré son immense fortune, Johnny Depp s’est retrouvé dernièrement bien mal financièrement.

Certains persisteront à dire que c’est quand même la belle vie d’avoir un yacht, un château en France ou de voyager en jet privé…

Mais Mr Depp a sûrement dû passer un très mauvais moment lorsque ses anciens managers l’ont réclamé plusieurs millions de dollars et qu’il ne lui restait plus grand chose pour les régler…

Ses managers qui, au passage, ont laissé glisser que Johnny Depp dépensait 2 millions de dollars par mois pendant deux décennies.

Si c’est ce genre de vie à laquelle on rêve, autant dire que cela restera un doux rêve lointain…

Bien que je ne suis pas sûr que ce soit si merveilleux que ça.

Être un acteur aussi successful que Johnny Depp n’est pas donné à tout le monde.

Le problème n’est pas que Johnny dépense son argent, il a travaillé dur pour ça et il en fait ce qu’il veut.

Le problème est que cet acteur s’est retrouvé piégé par ce biais qui nous pousse à adapter nos dépenses à notre salaire.

C’est un biais naturel mais qui peut au final nous mener à la ruine.

C’est pour cette raison que des personnes avec un salaire très confortable se retrouvent parfois dans des situations difficiles financièrement.

Ce qu’elles ont gagné, elle l’ont à peine aperçu et à la fin de l’histoire, cela peut faire très mal.

 

Le minimalisme

Pour moi, la vie de Johnny Depp n’est pas une vie riche.

C’est une vie extravagante, exubérante ou une vie de dingue mais pas une vie riche.

Et c’est un style de vie surtout inaccessible pour la plupart d’entre nous.

Ce que je vous propose, c’est une alternative.

Une alternative bien plus intéressante parce que beaucoup plus accessible et beaucoup plus gratifiante.

Cette alternative, c’est le minimalisme.

Je me considère comme minimaliste depuis quelques années et je n’en vois que des bienfaits.

Qu’est-ce que c’est ?

Alors pour le dire simplement, c’est se concentrer sur l’essentiel en éliminant le superflu.

C’est un mouvement qui fait de plus en plus parler de lui, surtout aux Etats-Unis.

De nombreuses personnes sont fatiguées de toujours courir après un salaire ou derrière une attitude de plus en plus consumériste.

Le minimalisme permet de mettre un peu d’ordre dans tout ça.

D’abord, la première chose c’est décider de ce qui a réellement de la valeur pour nous.

Ensuite, c’est supprimer les choses qui n’en ont pas.

Et cela englobe tous les aspects de notre vie : les relations, la consommation, les finances, les loisirs…

Pourquoi continuer à se faire des petits achats plaisirs à chaque fois que l’on va faire un tour dans un centre commercial ?

Est-ce que ces achats nous font réellement plaisir ou prennent-ils la poussière 2 mois après ?

Le minimalisme met de l’ordre dans tout ça.

Cela peut devenir un facteur de changement énorme dans notre vie.

 

Se priver pour se faire plaisir ?

Quand on entend ça, on a l’impression qu’il faut se priver…

Il y a peut-être cette idée que dépenser excessivement est “mal”.

Mais ce n’est pas tout à fait ça.

Ce que le minimalisme encourage, en tout cas, comme moi je le conçois, c’est de limiter le superflu dans notre vie

Mais de ne pas hésiter à la remplir de choses qui nous procurent de la joie et une vraie valeur.

Est-ce Mr Depp a réellement besoin d’avoir un yacht ?

Peut-être qu’il aurait pu le louer ?

Surtout si cela lui coûte 350 000 dollars d’entretien par mois.

A-t-on besoin de s’acheter de nouveaux vêtements tous les mois ?

Pour certains, la réponse sera ‘oui’ !

Ils adorent changer de style et c’est une vraie source de bonheur dans leur vie.

Pour moi, par contre, c’est le contraire.

Je dois m’acheter des vêtements deux fois dans l’année…

Faire les magasins, ce n’est pas vraiment ma tasse de thé.

C’est un domaine dans lequel je ne dépense quasiment pas.

Par contre, quand je pars en vacances, j’aime ne pas regarder le prix des choses…

J’aime aller dans un restaurant et ne pas regarder le prix par exemple, parce que ces souvenirs vont rester avec moi toute ma vie et ça, ce sont des choses qui ont de la valeur pour moi.

Je me souviens encore d’un restaurant Thailandaïs découvert par hasard à Montmartre, c’est quelque chose que je ne suis pas prêt d’oublier…

Et je suis bien content ce soir là de ne m’être pas privé.

Le minimalisme est donc une question d’équilibre.

Remettre cet équilibre qu’on a tous tendance à perdre dans nos sociétés où tout est si accessible.

Se poser la question du temps, de l’énergie et de l’argent que l’on consacre à chaque chose.

C’est ainsi que l’on peut réellement se créer une vie beaucoup plus riche.

 

Et l’investissement dans tout ça ?

Pourquoi je vous parle de ça ?

On parle d’investissement sur ce podcast et pas un mot sur la bourse aujourd’hui…

L’investissement a beaucoup à voir avec le mindset.

C’est souvent l’état d’esprit qui fait la différence entre tel ou tel investisseur.

Ce qu’on essaie de découvrir ensemble, ce n’est pas une méthode pour devenir riche rapidement.

La bourse, comme je la vois, n’est pas un moyen pour être riche en quelques mois.

Je ne suis pas sûr qu’il existe une réelle solution pour ça d’ailleurs.

Beaucoup oublie aussi que pour être riche, il faut avoir de l’argent…

Et pour avoir de l’argent, il faut appendre à ne pas le dépenser.

Ce n’est que bien après qu’on apprendra à le dépenser correctement.

J’avais envie aujourd’hui qu’on se pose la question :

Qu’est-ce qu’être riche, réellement ?

Si on attend de l’investissement qu’il nous rende riche, on risque de se faire de faux espoirs.

Je suis convaincu que la bourse peut nous rendre libre et riche financièrement…

Mais la route est longue et il n’est pas nécessaire d’attendre d’avoir 1 million d’euros sur son compte en banque pour se considérer comme riche.

Si on arrive à consacrer du temps, de l’énergie et de l’argent à ce qui compte réellement pour nous, à ce qui a de la valeur à nos yeux, c’est déjà beaucoup.

L’investissement n’est pas à aborder en aillant en tête le résultat, autrement on se lassera bien vite.

L’investissement est un processus et on doit pouvoir aimer ce processus du début à la fin.

Alors bien sûr, le résultat est important.

Bien sûr, on investit pour gagner de l’argent et devenir riche.

Mais on n’oubliera pas sur la route qu’il est toujours possible de vivre richement sans posséder des millions.

 

Investir en bourse est-il “mal” ?

Investir en bourse est-il “mal” ?

J’ai eu une révélation cette semaine.

Si il y a si peu de personnes qui investissent en bourse, c’est parce que la bourse c’est le “mal”.

“Actionnaire” est un gros mot.

Si la planète est si mal en point aujourd’hui, c’est à cause du capitalisme…

Et la bourse est un outil de ce capitalisme.

Investir en bourse ce serait alors être un complice de ce “mal” ?

J’ai eu cette réflexion suite au très bon article (et aux commentaires) de l’article du blog Plus-riche.

 

D’où vient cette mauvaise image ?

La bourse existe depuis quelques siècles…

Mais c’est pendant la révolution industrielle (XIXème siècle) qu’elle s’est réellement développée.

On a eu, lors de cette période, un gros besoin de financer toutes sortes d’industries et de transports.

Et la bourse a été l’outil idéal pour ça…

Parce qu’elle permet de transférer l’argent de particuliers ou d’organismes, vers les entreprises qui en ont besoin.

Pour l’instant, tout va bien.

Aucun problème à signaler.

Cependant, on se rend compte au fil du temps qu’il est possible d’avoir un très bon retour sur investissement grâce à la bourse.

Des fortunes ont pu être créées grâce aux talents d’investisseurs (ou de spéculateurs) de certains.

Cela attire de plus en plus de personnes qui recherchent le profit à tout prix

L’entreprise dans laquelle on investit fabrique des produits dangereux pour notre santé ? Ce n’est pas grave, elle est rentable…

La compagnie qui nous intéresse exploite ses employés et leur paye une misère ? Ce n’est pas grave, elle est rentable…

La société dont on a acheté les actions pollue la planète à une échelle monstrueuse ? Ce n’est pas grave, elle est rentable…

C’est cette attitude, qui semble être celle qui prime dans le milieu financier, qui est pointée du doigt.

 

Reprendre en main nos finances

Quand on paie notre assurance auto, l’assureur l’investit ensuite en bourse.

Lorsqu’on dépose notre argent à la banque, cette dernière l’investit également en bourse.

Quand on s’ouvre une assurance-vie, l’argent placé se retrouve sur les marchés financiers.

Lorsque l’on confie notre argent à un fonds de placement, il a la lourde tâche d’obtenir le meilleur rendement pour nous via la bourse.

L’argent placé en bourse est notre argent.

C’est simplement que ce n’est pas nous qui le plaçons.

Et c’est, à mon avis, de là que vient le problème.

Qu’est-ce qui se passerait si nous prenions chacun le contrôle de nos finances ?

Si nous faisions en sorte d’investir notre argent comme nous le dépensons ?

Il y a, depuis quelques années, une vraie prise de conscience sur la manière dont nous utilisons notre argent

Nous essayons de le faire de manière éthique, de manière à ce que cela corresponde à nos valeurs.

Mais n’est-il pas important également de faire en sorte que nos économies ne financent pas une société dont on ne partage pas les valeurs ?

 

Un investissement, un vote

J’aime voir un investissement comme un vote.

Il existe à ce jour des sociétés qui fabriquent des cigarettes parce qu’il y a des personnes qui en achètent et qui y investissent.

En achetant les produits d’une société ou en y investissant, on lui dit : “Je te soutiens et t’encourage dans ce que tu fais.”

Si on souhaite que la bourse reflète davantage des valeurs qui nous sont chères, c’est à nous de l’utiliser correctement…

Cela ne peut pas se faire du jour au lendemain…

Mais si l’on veut que notre parcours vers la liberté financière ait du sens, il faut que l’on apprenne à investir notre argent.

 

 

Faut-il être sûr de son investissement pour investir ?

Faut-il être sûr de son investissement pour investir ?

A quel moment peut-on se lancer dans un investissement ?

Quel est le critère qui va nous dire qu’on peut se jeter à l’eau ?

Investir en Bourse nous engage.

C’est notre argent qui est en jeu.

Il faut qu’on soit sûr qu’on ne perdra pas notre argent.

Mais est-il réellement possible d’être sur ?

 

Le degré de certitude

Autant le dire tout de suite : on ne pourra jamais être sûr à 100 % qu’un investissement est le bon.

Pourquoi ?

Parce qu’il y a trop de paramètres qui entrent en jeu dans la valorisation d’une action.

Des éléments qu’on ne peut pas toujours prévoir.

Ce qu’on va rechercher, par contre, c’est à avoir le maximum de certitudes sur la réussite de notre investissement.

C’est ce que Jerry et Tom essaient de faire.

Jerry : “Je l’aime bien cette action ! La société existe depuis 20 ans et ses revenus ne font qu’augmenter.

Tom : “Super ça ! Mais tu as regardé si le Free cash flow augmentait également ?”

Jerry : “Oui, oui ! Tout va bien de ce côté là également.”

Tom : “Génial Jerry ! Tu as l’air d’avoir bien bossé. Une dernière chose, le PER ? ”

Jerry: “Hey ! Tu me prends pour qui ? C’est la première chose que j’ai regardé : il est inférieur à 10. C’est pas cher payé pour une entreprise de cette qualité !”

Tom : “Magnifique ! Comment elle s’appelle ta société, elle commence à m’intéresser ?”

Jerry : “C’est GoldenCheese. Tu sais, c’est eux qui fabrique mon fromage préféré. Je ne sais pas ce que je pourrais faire sans eux…”

 

Se rassurer

Tom et Jerry ont fait une petite évaluation d’action (enfin, surtout Jerry…).

Ils ont prit en compte quelques critères qui leur paraissaient importants pour juger de la qualité d’une entreprise…

Et ils ont fondé leur argument sur ces critères.

Si l’entreprise est de qualité, il en va de-même pour ses actions.

Est-ce que cela veut dire qu’il faut faire la même chose que Jerry avant d’investir ?

Oui et non.

Ce qu’on veut, c’est être (quasiment) sûr que l’action que l’on achète aujourd’hui, vaudra plus dans 10 ans.

Les critères que Jerry a utilisé sont importants (PER, croissance des revenus, présence de cash flow, etc)…

Mais il y en a d’autres.

Se baser sur aussi peu de critères laisse beaucoup de place à l’incertitude.

On veut, au contraire, diminuer au maximum cette incertitude.

Plus on comprendra une entreprise, mieux notre décision d’investissement sera avisée.

“Oui, mais c’est barbant de lire tous ces chiffres et ces rapports annuels. Je ne me vois absolument pas faire ça…”

Et on n’est pas obligé de le faire.

 

Devenir un meilleur investisseur

Si vous êtes comme Warren Buffett et que vous réussissez à lire des rapports annuels tous les jours, c’est magnifique.

Mais le commun des mortels (et j’en fais partie), aura beaucoup de mal à n’en lire ne serait-ce qu’un seul.

On va alors rechercher à se focaliser sur le plus important.

Pour exemple, si vous voyez une société qui voit ses revenus chutés depuis quelques années, c’est mauvais signe.

Si vous voyez qu’une société a beaucoup de cash-flow tous les ans, c’est plutôt bon signe.

Et ainsi de suite…

On va essayer d’avoir le maximum de feux verts

Afin d’être au maximum rassuré de notre investissement.

Et plus on comprendra de nouveaux ratios, de nouveaux chiffres, plus notre décision sera éclairée.

Mais encore une fois, notre but n’est pas de comprendre la totalité mais de nous focaliser sur l’essentiel.

On n’atteindra jamais 100 % de certitude, mais on veut pouvoir avoir une bonne certitude que l’action que l’on possède vaudra davantage dans quelques années.

Pourquoi il est essentiel d’apprendre à investir ?

Pourquoi il est essentiel d’apprendre à investir ?

Outre le fait qu’en n’investissant pas, on est en train de perdre de l’argent

Apprendre à investir nous-même est primordial si la question de l’argent à une place dans notre vie.

Sinon, il y aura le risque de perdre de l’argent…

Beaucoup d’argent.

 

Investissement ou épargne ?

La première règle est de toujours dépenser moins que ce que l’on gagne.

Ensuite, mettre de l’argent de côté.

Deux choix s’offrent à nous à ce moment là : épargner ou investir.

Bien sûr, avant d’investir, il faudra se préparer une épargne de secours

Une somme qui nous permettra de faire face aux imprévus.

Mais une fois que cette épargne est construite, il est temps d’investir.

Que ce soit dans l’immobilier, en Bourse ou dans un projet entrepreuneurial, il faut investir.

C’est ainsi qu’il sera possible pour nous de créer d’autres sources de revenus que notre salaire.

Autrement, on sera obligé de ne compter que sur notre temps de travail pour nous fournir de l’argent…

Et ça, en terme de liberté financière, c’est moyen.

” Ok, il faut investir, mais je peux donner mon argent à quelqu’un pour le faire pour moi, non ? Je ne suis pas obligé d’apprendre à le faire moi-même. ”

Et c’est ça le problème, quand il s’agit d’argent, il y a un concept à bien assimiler, au risque de devenir un pigeon…

 

Avoir le même objectif

Ce concept, c’est l’alignement des intérêts.

Quand on va acheter notre prochain canapé, il nous arrive parfois de tomber sur ce vendeur un peu pressant qui nous vante les qualités de chacun de ses produits…

C’est normal, il touche une commission à chaque vente.

Ou ce banquier, qui nous propose d’ouvrir un livret d’épargne pour nous et notre enfant dans sa banque…

Et pourquoi pas une assurance-vie ?

Cela sert toujours une assurance-vie.

Ce banquier est aussi insistant parce qu’il touche une commission sur chaque nouveau compte ouvert.

Il y a aussi ce gérant de fonds qui a pour mission d’investir l’argent qu’on lui remet sur les marchés…

Mais son salaire provient des commissions qu’il fait payer à ses clients

Non de la performance qu’il peut obtenir.

Sa motivation n’est donc pas d’avoir la meilleure performance, mais d’avoir le maximum de clients.

Tous ces cas sont problématiques (et il y en a encore plein) pour la simple raison que nos intérêts ne sont pas alignés avec ceux de la personne avec qui l’on traite.

C’est pour cette raison que vous ne faites pas totalement confiance à votre banquier…

Ou que les gens se détournent de plus en plus des gérants de fonds.

Pas de solution alors ?

 

Le “Buffett Partnership”

Quand Warren Buffett a ouvert son fonds d’investissement, ses clients n’avaient aucune commission à payer.

Hein ? Mais comment il faisait Mr Buffett pour vivre s’il ne faisait pas payer ses services ?

En fait, il les faisait payer ses services, mais uniquement s’il obtenait une performance supérieur à 6 %.

Au delà de 6 %, Buffett recevait 25 % des gains.

Qu’est-ce que cela veut dire ?

Cela veut dire que Warren ne gagne pas de l’argent SUR ses clients mais AVEC ses clients.

Ses intérêts sont alignés avec ceux des clients qu’il sert.

À ce jour, il est difficile de trouver ce genre d’approche.

Même à l’époque, Warren Buffett était une exception.

C’est pour cette raison qu’il est essentiel de réaliser nos investissements nous-même.

Non seulement, nos résultats seront meilleurs, si on se donne la peine d’apprendre à investir correctement…

Mais on développera également des compétences qui nous serviront toute notre vie.

Charlie Munger, l’associé de Warren Buffett, a 95 ans et il continue à investir…

4 questions à se poser avant d’investir en Bourse

4 questions à se poser avant d’investir en Bourse

La Bourse n’est pas faite pour tout le monde.

Si vous avez l’ambition de vous lancer bientôt…

Que vous cherchez un endroit où placer votre argent…

Ou que simplement la Bourse vous intéresse…

Posez-vous d’abord ces questions pour savoir si la Bourse est vraiment faite pour vous.

 

1. Suis-je assez patient ?

Warren Buffett a pour habitude de dire :

La Bourse est un mécanisme qui transfère de l’argent de l’impatient au patient.

La patience est à la base de cette méthode d’investissement.

Oui mais c’est à dire ?

C’est à dire que l’on a un horizon d’investissement d’au moins 10 ans.

Si on pense pouvoir gagner de l’argent sans viser le long terme…

Ce n’est pas de l’investissement qu’il faut faire, mais du trading.

Bien sûr, autant vous dire qu’en choisissant le trading, vous jouez dans une cour dangereuse…

Pourquoi attendre aussi longtemps ?

Parce qu’en Bourse, il y a un concept qui va vous rendre riche mais qui demande du temps à s’enclencher : c’est l’effet boule de neige ou la magie des intérêts composés.

La patience est donc une qualité à avoir absolument si l’on souhaite investir en Bourse.

 

2. Est-ce que j’investis de l’argent dont je n’ai pas besoin ?

Si on veut pouvoir dormir sur nos 2 oreilles, il est important d’appliquer cette règle.

Investir en Bourse est risqué.

Notre capital investit peut perdre en valeur durant certaines périodes.

Si on sait qu’on aura éventuellement besoin de cet argent en cas de coup dur, par exemple, il ne faut pas l’investir.

La solution à ça est de se créer une épargne de secours avant d’investir.

Combien mettre de côté par mois pour investir ?

Ça c’est à vous de voir.

Il est possible d’acheter des actions qui ne coûtent que quelques dizaines d’euros en Bourse.

On peut commencer avec un capital de 50 € en Bourse…

Mais bien sûr, plus vous mettrez de côté pour investir, plus ce sera intéressant.

Cependant on n’oubliera jamais que si c’est de l’argent qu’on risque d’utiliser dans les prochains mois, autant le garder sur notre compte en banque.

 

3. Est-ce j’investis dans quelque chose que je comprends ?

Cette règle est valable quelque soit le type d’investissement.

Mais encore plus en Bourse où on investit dans des actions et que cela peut paraître très abstrait à plusieurs niveaux.

Comprendre dans quoi on investit c’est analyser la société qui se trouve derrière une action avant d’y investir.

Une action c’est avant tout une part de la société.

Si on ne sait même pas si la société dont on achète l’action gagne de l’argent ou pas, on est en train de jouer au casino avec notre argent…

Notre but ?

Avoir le maximum de certitudes quant à la capacité de l’entreprise à se développer.

Si en faisant nos recherches, on a acquis la quasi certitude que dans 10 ans, l’entreprise analysée sera plus importante qu’aujourd’hui, c’est un signe que l’on peut investir.

Pas besoin d’être un comptable ou un financier pour faire ses recherches…

N’importe qui peut le faire avec Internet et tous les outils que l’on dispose aujourd’hui.

 

4. Est-ce que je peux garder la tête froide si mes actions voient leur prix chuter ?

Lorsque l’on fera face à une crise, la valeur de nos actions risquent de chuter lourdement.

L’erreur à ne surtout pas faire serait de vendre nos actions parce que leur prix chute.

C’est dans ces moments qu’il faut que l’on garde la tête froide.

Comment ?

En changeant de perspective.

Warren Buffett a l’habitude de manger des hamburgers…

Pour lui, si le prix des hamburgers chutent, il aura envie d’en acheter davantage

Pas si leur prix augmente.

Pour Warren, c’est une folie en Bourse que la plupart de ses acteurs souhaitent acheter quand les prix grimpent.

On doit voir alors les chutes de prix comme des périodes de soldes

Et en profiter.

Quel est le risque en Bourse ?

Quel est le risque en Bourse ?

Un investisseur fuit le risque.

On aurait pu croire le contraire.

Mais ce sont les joueurs du casino qui aiment s’amuser avec le risque.

Non, hors de question de jouer avec notre argent.

Mais au fait, c’est risqué la Bourse ?

 

Un investissement dynamique

Une action est un actif qui voit son prix fluctuer au cours du temps.

Aujourd’hui il peut être à 20 €…

Demain à 50 €…

Et dans 1 an à 15 €.

On dit que son prix est volatile.

C’est à dire qu’il bouge beaucoup.

On peut dire que c’est un investissement dynamique.

En Bourse, plus le prix d’une action sera volatile, plus cette action sera risquée.

Prenons deux exemples :

Disney

En allant sur Yahoo Finance, on peut voir que sur 1 an, l’action Disney a connu un plus bas à 97,68 $ et un plus haut à 120,20 $.

Soit une différence de 23 % (120,20 / 97,68) entre ces deux prix.

Twitter

L’action de Twitter a quant à elle connu un plus bas à 26,19 $ et un plus haut à 47,79 $.

Ce qui fait une différence de 82 % (47,79 / 26,19).

 

Alors, si on devait décider de l’action la plus risquée, ce serait laquelle ?

Ce serait bien sûr celle de Twitter qui a connu une plus grande variation de prix sur 1 an.

En Bourse, le risque est défini ainsi.

Ce n’est donc pas bien sorcier.

Mais qu’est-ce que cela veut dire en fait ?

Qu’il faut préférer les actions les moins risquées et délaisser celles qui connaissent une trop grande variation de prix ?

 

Une autre vision du risque

Pour ma part, ce n’est pas ma vision du risque.

Cela voudrait dire qu’une action dont le cours (le prix) gagne 60 % sur une année est une action plus risquée que Disney par exemple.

Pour moi, le risque ce serait d’investir dans des actifs qui me feront perdre de l’argent.

Une action qui verrait son prix bouger de 1 %, serait considérée comme très peu risquée par la plupart des financiers.

Mais il n’y pas d’intérêt d’investir dans ce genre d’actions.

Le risque c’est de ne pas savoir dans quoi l’on investit

De ne pas analyser l’action que l’on souhaite acquérir…

Et donc de ne pas s’assurer, avec le plus de conviction possible, que l’on sortira gagnant d’un investissement.

Le risque c’est acheter une action trop chère.

Il n’y a pas de bonnes ou mauvaises actions en réalité.

Il n’y a que des actions qui sont intéressantes à un certain pallier de prix.

La plupart des actions peuvent nous faire gagner de l’argent si on arrive à les estimer correctement…

Et ainsi pouvoir les acheter à un prix qui serait inférieur à leur valeur réelle.

 

Se protéger

Il y a différentes méthodes pour se protéger des risques.

Celle qui revient souvent c’est la diversification.

C’est une bonne solution mais on a déjà parlé du fait qu’une trop grande diversification nous fera perdre de la rentabilité.

Pour ma part, la solution se trouve dans un horizon de temps d’investissement plus long que la moyenne.

Investir pour 10 ans, 20 ans, 30 ans…

L’un des meilleurs investisseurs du monde, Charlie Munger, investit encore aujourd’hui, à l’âge de 95 ans

Si ça c’est pas du long terme…

Investir pour le long terme permet de ne pas vendre ses actifs quand le marché est au plus bas

Mais d’attendre que les marchés surévalue nos actifs pour les vendre.

Si on fait attention à acheter les bonnes actions, à un prix correct et qu’on vise le long terme

Notre porte-feuille connaîtra des périodes de grosse volatilité mais on restera serein fasse à ce genre de tempête…

En sachant qu’après la pluie, le soleil pointe toujours le bout de son nez.

Pourquoi être contrarien est la clé de la réussite en Bourse ?

Pourquoi être contrarien est la clé de la réussite en Bourse ?

Etre contrarien c’est ne pas faire comme les autres.

C’est quelque chose de très difficile à faire.

Psychologiquement, on est programmé pour s’accorder au consensus…

Pour suivre la même voie que celle de notre voisin.

Se retrouver seul sur un sentier qui n’est emprunté que par très peu de monde peut être effrayant.

Et pourtant, c’est le seul moyen de réussir en Bourse.

 

Le syndrome de l’objet brillant

Qu’est-ce qui fait que le prix d’une action grimpe ?

C’est la conséquence d’un plus grand nombre d’acheteurs que de vendeurs.

C’est le fait que tout le monde s’y intéresse et que tout le monde voudrait une part du gâteau.

Regardez la folie qu’il y a eu derrière le Bitcoin en 2017.

Le prix d’un Bitcoin était monté à 20 000 $…

Il est aujourd’hui à moins de 4 000 $.

Cela a été la même chose lors de la crise Internet dans les années 2000.

Tout le monde se ruait sur les actions technologiques…

En pensant que ces actions allaient être les prochaines pépites…

Mais en oubliant que la plupart ne gagnait aucun bénéfice.

Toute cette effervescence et cet engouement avait créé comme une sorte de folie collective.

Et à la fin de l’histoire, on ne retrouve que des personnes qui ont perdu leur investissement.

 

Quand la foule s’en va

A l’opposé, une action qui serait délaissée par tout le monde a des chances de voir son prix chuter.

Et cela, même si l’entreprise derrière l’action est toujours aussi profitable qu’avant.

Regardez ce qui s’est passé avec Facebook il n’y a encore que quelques mois

Toutes les affaires qui ont entouré l’entreprise ont fait chuter le prix de son action.

Ce n’est que très récemment que son cours est revenu à quelque chose de raisonnable.

Lorsque la foule délaisse une action, son prix chute

Et c’est lorsque les prix chutent que cela nous intéresse.

C’est à ce moment qu’une action intéressante peut devenir une opportunité d’achat pour le long terme.

 

Casser notre biais psychologique

Quand le prix d’une action monte, on se dit que cela doit être une action de qualité…

Qu’elle a sûrement du potentiel et qu’il serait bête de ne pas en profiter.

A l’inverse, quand le prix chute, on se dit que quelque chose ne va pas…

Qu’il y a sûrement un problème avec cette entreprise et que les investisseurs sont en train de la fuir.

Nous  devons arrêter de penser de cette manière.

Autrement, nous ferons partie des perdants en Bourse.

Quand le prix grimpe, on doit plutôt se dire que cela sera moins évident pour nous d’avoir cette action à un prix intéressant.

Quand le prix chute, nous devons plutôt nous dire qu’il y a peut-être une opportunité qui se présente.

Ce n’est pas facile d’avoir cette approche mais elle est la clé de la réussite en Bourse.

Voilà pourquoi il est important de garder la tête froide et rester concentrer sur la vraie valeur d’une action.

Plus on aura confiance en notre estimation de la valeur d’une action, plus on saura faire face aux fluctuations de prix…

Et mieux on réussira à être un vrai contrarien.

Quelle valeur apporte un investisseur en Bourse ?

Quelle valeur apporte un investisseur en Bourse ?

A quoi cela sert d’investir en Bourse ?

Au-delà du fait de nous faire gagner de l’argent, est-ce que cela sert réellement à quelque chose ?

Nombreux sont ceux qui pensent que mettre son argent en Bourse, c’est un peu comme jouer au casino.

Mais c’est beaucoup plus que ça.

Le monde qui nous entoure serait probablement très différent si la Bourse n’existait pas.

 

Regrouper du capital

La Bourse est à la base du système capitaliste.

Oui, ce système sur lequel on jette toutes les pierres.

Ce système qui est la cause de tous les maux de la Terre.

Mais ce système qui permet aussi aux grandes idées de voir le jour.

Le capitalisme, c’est regrouper du capital afin de pouvoir réaliser de grands projets.

Malheureusement, cela peut entraîner des dérives et la recherche du profit sans aucune autre considération.

Bref, on ne va pas faire un article sur le capitalisme.

Mais il faut dire quand même que la Bourse permet aux entreprises d’avoir de l’argent pour se développer.

Pourquoi ne passe-t-elle pas par une banque comme toute le monde ?

Parce qu’à un moment donné, il n’est plus possible pour une banque de financer une somme trop importante.

Et pour une entreprise, il est parfois préférable de “se vendre” sous la forme d’actions afin de récolter des fonds : il n’y aura pas de remboursement de prêt à faire.

Et la vente d’actions permet de lever des sommes très, très importantes.

 

Et nous dans l’histoire ?

Nous, au final, on participe à ce regroupement de capital.

Transposons cela à une échelle plus petite pour qu’on puisse bien comprendre.

Tonton Pierrot a une entreprise de peinture et il a besoin de se développer.

Il veut pouvoir s’acheter de nouveaux matériels et embaucher de nouveaux employés.

Il aimerait pouvoir également développer sa communication afin de pouvoir toucher plus de monde.

En clair, tonton Pierrot a besoin d’argent.

Tonton Pierrot a alors une idée.

Il va vendre des parts (des actions) de son entreprise afin de récolter de l’argent.

Il divisera son entreprise en 10, garder 6 parts et en vendre 4.

Les 4 personnes à qui il vendra ses parts auront une partie de l’entreprise…

C’est à dire qu’elles auront droit à une part des bénéfices ainsi qu’un droit de parole sur les décisions qui seront prises pour l’entreprise.

C’est ça investir en Bourse : c’est acheter des parts de sociétés qui ont besoin d’argent pour se développer.

 

Avoir un impact

Le problème avec l’investissement en Bourse est que cela reste abstrait.

Quand on achète une action, cela se fait en 2 clics et notre action apparaît sur une ligne de notre écran.

On ne voit pas en quoi cela a changé quoi que ce soit à la société dont on a acheté les actions.

Les société cotées en Bourse disposent de millions d’actions

Le fait d’acheter une dizaine d’actions ne changera pas la destinée de cette entreprise.

Et c’est juste.

Mais je pense qu’il est intéressant de voir l’investissement en Bourse comme un vote.

Un vote pris individuellement n’a pas beaucoup de valeur…

Mais si tout le monde le fait, cela change réellement les choses.

Quand vous achetez une action, vous donnez votre voix à cette entreprise.

Pas uniquement parce qu’elle est profitable…

Mais parce qu’elle a une mission et que vous voulez soutenir cette mission…

Ou parce qu’elle apporte une contribution qui vous semble nécessaire et importante.

On joue un rôle sur l’avenir d’une société en tant que consommateur…

Et ça de plus en plus de monde s’en rend compte.

Il est temps maintenant de jouer notre rôle en tant qu’investisseur et d’investir avec nos valeurs.

Riche et misérable

Riche et misérable

J’ai pu lire un article très intéressant ce matin (en anglais)…

Cet article parle d’un homme qui, en apparence, semble avoir réussi.

Il gagne 1,2 millions de dollars par an.

Mais pourtant, cette personne n’est pas heureuse.

Il lui manque quelque chose.

Comment devenir riche sans perdre de vue l’essentiel ?

 

Riche pourquoi ?

Si vous êtes sur ce blog, c’est que l’investissement vous intéresse.

Et quand on investit son argent, c’est qu’on a l’ambition d’en gagner un peu plus d’ici quelques années.

Mais pour quelle raison fait-on cela ?

Est-ce pour financer un voyage ? Prévoir les études des enfants ? Avoir une retraite anticipée ? Remplacer son salaire ?

La réponse doit être claire avant même de commencer à investir.

Je le fais personnellement pour être libre de mon temps.

Etre libre de choisir quand, comment et avec qui je passe mon temps.

Etre libre de passer du temps sur les projets qui me tiennent à coeur.

Pour ça, l’investissement est la meilleure des solutions.

La question du pourquoi doit être la première chose à mettre en avant…

Que ce soit dans nos investissements ou dans notre activité professionnelle.

C’est cette question qui nous aide à garder le cap.

 

Faire quelque chose que l’on aime

Lorsqu’on a en tête la direction vers laquelle on souhaite se diriger, il faut s’occuper maintenant du chemin que l’on va prendre.

La plupart des personnes qui réussissent insistent sur un point : si le processus ne vous passionne pas autant que le résultat, vous foncez vers un mur.

Il y a des personnes qui aiment l’idée d’être un grand musicien, mais qui au bout de 15 minutes sur leur instrument, laisse tomber.

Il y en a d’autres qui aiment l’idée d’être riche, mais quand il faut commencer à apprendre à investir, se disent que ce n’est pas pour eux.

D’autres encore qui aimeraient écrire un livre, mais qui ne prennent jamais quelques minutes pour écrire quelque chose.

Je me suis  rendu compte si je n’apprécie pas le chemin que je prends autant que j’apprécie sa destination, je n’arriverai jamais à bon port.

Il y a une bonne question à se poser généralement pour savoir si on est sur la bonne voie : Est-ce que je ferais ce que je fais, même si je n’étais pas payé pour ça ?

Si la réponse est ‘Oui’, c’est que le processus est aussi important que le résultat.

On est donc sur la bonne voie.

 

La prison du train de vie

On se crée parfois notre propre prison.

Dans l’article mentionné plus haut, qu’est-ce qui empêcherait cette homme qui touche 1,2 millions de dollars par an de faire autre chose ?

S’il a un tel salaire, il ne devrait avoir aucun soucis matériel.

Il devrait être également tout à fait capable de démarrer quelque chose qui le passionne davantage.

Ce qui l’en empêche, c’est son train de vie.

Il s’est crée un train de vie qu’il n’arrive plus à quitter.

On a tendance dans nos sociétés à ajuster notre train de vie à notre salaire.

Notre salaire augmente de 200 € ?

Ce sont 200 € que l’on dépensera en plus tous les mois.

Celui qui arrive à garder le même train de vie quelque soit son salaire sera celui qui deviendra réellement riche.

Warren Buffett a toujours gardé un style de vie très simple, toute sa vie.

Augmenter son train de vie, c’est augmenter la hauteur des barreaux de sa prison.

 

S’accomplir dans tout ce que l’on fait

Au final, c’est ce sentiment d’accomplissement que l’on doit rechercher.

Ce sentiment que ce que l’on fait sert vraiment à quelque chose.

Quand on apporte de la valeur à quelqu’un, notre ‘travail’ a alors un sens, un but.

Je dois avouer que l’investissement en Bourse peut paraître abstrait à ce niveau…

Quelle valeur apporte-t-on réellement quand on investit ?

Est-ce que ce ne sont pas juste des chiffres sur un écran ?

Est-ce j’apporte quelque chose à la société en investissant ?

La réponse à la dernière question est bien sûr un grand ‘OUI’.

Mais on en reparlera dans un prochain article.

Tout est en fait une question de point de vue.

 

Pourquoi personne n’investit comme Warren Buffett ?

Pourquoi personne n’investit comme Warren Buffett ?

Quand je dis personne, j’exagère un peu.

Mais est-ce que vous connaissez quelqu’un dans votre entourage qui investit à la manière de Warren Buffett ?

Si vous connaissez quelqu’un qui investit en Bourse, c’est déjà pas mal…

Warren Buffett est unique.

Il est aujourd’hui l’une des personnes les plus riches du monde parce qu’il a réussi à avoir une très bonne performance, tout au long de sa vie.

C’est cette constance qui le rend unique.

Pourquoi davantage de personnes n’ont pas essayé de le copier ?

 

Des principes simples

Warren Buffett passe beaucoup de son temps à lire.

Il veut en savoir le plus possible sur une entreprise avant d’y investir.

Et souvent, on a cet image de l’investisseur : quelqu’un qui a la tête plongé dans les chiffres et les livres.

Mais les principes sur lesquels sont basés sa méthode d’investissement sont très simples.

Il y en a 4 exactement (article qui en parle ici) :

  • Comprendre ce qu’on achète
  • La direction de l’entreprise doit être intègre et compétente
  • Une ‘muraille’ (un avantage compétitif) doit protéger les bénéfices de l’entreprise
  • L’achat de l’action doit se faire avec une marge de sécurité conséquente

Et c’est tout.

Est-ce si compliqué que ça ?

Non, c’est même accessible à tout le monde.

Accessible aux personnes qui ont le désir de faire ces recherches et d’y passer du temps.

Alors où est-ce que ça bloque ?

 

Des principes trop simples ?

Warren Buffett s’est fait interviewé en 1985.

Il a répondu à la question : “Pourquoi davantage de personnes n’investissaient pas comme lui si c’était aussi simple ?”

Je vous mets sa réponse dans la vidéo ci-dessous (en anglais) :

En clair, on cherche trop souvent à prendre en compte toutes sortes de variables.

Une action est une part d’entreprise.

Lorsque l’on souhaite en acheter, il faut se dire que l’on va acheter l’entreprise.

Et cela ne va pas plus loin.

Pour Warren Buffett, la simplicité de sa méthode rend sceptique la plupart des investisseurs professionnels.

Mais pourtant les résultats sont là.

Sa méthode est simple mais demande cependant un certain effort.

Ce travail de recherche et d’analyse ne conviendra pas à tout le monde.

Mais est-ce la seule raison ?

 

Devenir riche lentement

Pour moi, la principale raison pour laquelle personne n’investit comme Warren Buffett est plus profonde que cela.

L’être humain a un biais psychologique très fort qui le pousse à aller instinctivement vers la satisfaction immédiate.

C’est pourquoi il est plus difficile d’aller à la salle de sport que de rester assis devant Netflix…

Ou de manger un yaourt 0 % alors qu’un éclair au chocolat nous attend dans le frigo.

La méthode d’investissement de Warren Buffett nécessite d’être patient.

Il peut arrive que Warren n’investisse pas pendant 2 ans (il le dit au début de la vidéo).

2 ans sans rien faire…

La plupart des gens trouveraient ça profondément ennuyeux.

Mais c’est le prix à payer si on souhaite construire une richesse de long terme.

 

Ne pas être un mouton

Le deuxième biais psychologique qui entre en jeu est le biais de conformisme.

Ce mécanisme qui se passe complètement à l’intérieur de notre cerveau, nous pousse à faire comme les autres.

On pense que ce que la majorité fait, c’est ce qu’il y a de mieux à faire.

Malheureusement, sur les marchés, c’est le contraire qu’il faut faire.

Il faut penser autrement que la majorité des personnes.

S’intéresser aux actions que tout le monde fuit…

Et éviter celles qui subissent l’engouement général.

La méthode d’investissement de Warren Buffett est basé très fortement sur le fait d’être contrarien.

On parlera plus en détail de cet aspect dans un prochain article.